Un peu d'histoire

 

Croix des Bouquets fut fondée en 1749, par décret royal, sur un terrain offert par les propriétaires des Habitations Santo, Noailles, Bellanton et d’Argout à la Savane d’Oublon. La petite histoire dit que la ville tient son nom de cette tradition qu’avaient les espagnols de passage de déposer des bouquets de fleurs au pied d’une grande croix qui se trouvait sur le terrain où la ville fut construite. Même si la légende n’est pas vérifiée, Croix des Bouquets poursuit une tradition de beauté à travers la sculpture du fer, et le village de Noailles est au cœur de cette tradition.  

 

Dès le début des années 70, le fer découpé rentre de plein pied dans l’univers artisanal haïtien. Sculpter le fer est devenu un métier bien établi et la transmission du savoir du maître à l’apprenti a produit plusieurs générations de sculpteurs. Aujourd’hui, Noailles compte une soixantaine d’ateliers et emploie près de 500 artistes, artisans et apprentis du métier.

 

 

 

Depuis les années 1950, Haïti commercialise des sculptures de fer découpées dans de la tôle de récupération, découpées au burin, poncées et vernies ou peintes à la main.


L’artiste trace le dessin à la craie, puis découpe la pièce.


Puis vient l’étape de la finition avec  mise en place des détails, lignes, ciselures, qui donneront relief et expression à la pièce. 


L’artiste donne à la sculpture sa courbure finale, son relief par le martelage. La pièce est ensuite vernie et,ou peinte.